22 juin 2007

Sur le Web

Essais

Commandes en ligne

Version imprimée: 352 pages, 6.0" x 9.0" (23 cm), broché
(couverture souple, dos carré-collé), papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc, couverture extérieure #100 en quatre couleurs.
ISBN: 978-2-9809-5912-7
Copyright: © 2007 Gary Gaignon

Essais littéraires, chroniques et entretiens pionniers du Web littéraire, et quelques interviews données à de grands magazines français et québécois, qui chevauchent les années 1995 à 2005.
Ils furent écrits sous le nom de clavier Gary Gaignon, personnage d’écrivain rebelle, et publiés au fur et à mesure sur editel.com, le site qui lança alors (17 avril 1995), l'édition en ligne de langue française.
Ils étaient toujours inédits en version papier. Ils font pourtant partie intégrante du Web des origines dont la mémoire primordiale sera ainsi mieux conservée pour les chercheurs du futur, à qui cet ouvrage est dédié.
Ils s’étalent ici en vrac, dans aucun ordre chronologique précis. Ils sont restitués tels quels dans leur truculence, non expurgée de leurs repentirs d’allure parfois contradictoire.
Nous prions cependant le lecteur de toujours garder à l’esprit que ces propos divers ont été tenus pour la plupart, et pour l’essentiel, au début des années quatre-vingt-dix, alors que même le public instruit et diplômé ignorait sinon l’existence, du moins l’importance que le Web était appelé à prendre définitivement dans nos vies, grâce à sa navigation si intuitive et si conviviale.
À cette époque-là, il n’existait que 19 000 sites Web. Pas plus d’une quinzaine de sites, associatifs, consacrés à la littérature française. Aucun dans l’édition numérique. Voici donc à lire les tout premiers écrits qui en débattent avec une vision fondatrice tout à fait originale.
Le papier électronique ou papiel, fait notable entre tous, en ce qui concerne la chose numérique du livre qui est le point focal de ce recueil, était moqué même par les intellectuels réputés. D’où le ton polémique du livre.
(Quatrième de : «Sur le Web» © Gary Gaignon)

21 mai 2007

Réponses au questionnaire de Proust !

Le principal trait de mon caractère.
- La bonté, la gentillesse, la droiture, etc.
La qualité que je désire chez un homme.
- L'honnêteté.
La qualité que je désire chez une femme.
- La bonté, la douceur, l'authenticité, etc.
Ce que j'apprécie le plus chez mes amis.
- La fidélité, le respect.
Mon principal défaut.
- L'orgueil.
Mon occupation préférée.
- Écrire sous un flux créatif incontrôlable ou sinon me cultiver sous toutes les formes à la fois.
Mon rêve de bonheur.
- L'étreindre à l'infini, enfin, en la Flamme de ma vie, mais sans me brûler les ailes !
Quel serait mon plus grand malheur ?
- Perdre tout espoir en la vie et en mourir prématurément ou survivre à l'Amour de ma vie.
Ce que je voudrais être.
- Devenir qui je suis de plus en plus et de mieux en mieux, dans les meilleures conditions possibles.
Le pays où je désirerais vivre.
- Dans les îles Turquoises (Turks & Caicos), au sein d'un Québec indépendant qui en aurait fait l'acquisition. Mais j'irais jusqu'à aller vivre dans la République sérénissime de Saint-Marin, dans le nord-est de l'Italie, pour battre la plus grande espérance de vie du monde chez les hommes.
La couleur que je préfère.
- Vert paradis.
La fleur que j'aime.
- Le lilas qui a embaumé mon enfance.
L'oiseau que je préfère.
- Le perroquet parce qu'il ne fait pas que répéter, il sait parler, eh oui !
Mes auteurs favoris en prose.
- Louis-Ferdinand Céline, le plus grand écrivain styliste de la première moitié du 20e siècle.
Mon poète préféré.
- Guillaume Apollinaire.
Mon héros dans la fiction.
- Mandrake le magicien.
Mon héroïne favorite dans la fiction.
- Ma défunte mère au ciel... Arrête de prier pour moi, veux-tu ? Ça me fait faire des cauchemars ici-bas, nom de Dieu !
Mon compositeur préféré.
- Mozart contre Bach ou vice versa.
Mon peintre favori.
- Gauguin, à l'époque où il peignait ses merveilleux nus de vahinés dans les îles Marquises.
Mon héros dans la vie réelle.
- Pasteur, bienfaiteur de l'Humanité souffrante.
Mon héroïne dans l'histoire.
- Mère Thérésa.
Mes prénoms favoris.
- Au choix de leur future mère !
Ce que je déteste par-dessus tout.
- La Terreur.
Personnage historique que je méprise le plus.
- Bush et ses semblables.
Le fait militaire que j'admire le plus.
- Le désarmement nucléaire.
La réforme que j'estime le plus.
- Celle qui abolirait la pauvreté car elle est voulue d'en haut et entretenue par les préjugés de la population, et qui, du même élan, plafonnerait les salaires des cadres supérieurs ainsi que l'extrême richesse et rendrait les fonds éthiques les seuls investissements possibles.
Le don de la nature que je voudrais avoir.
- J'aurais tellement aimé posséder le génie de la langue française au niveau de virtuosité d'un Voltaire.
Comment j'aimerais mourir.
- Tout à coup, sans douleur !
État présent de mon esprit.
- Ensoleillé avec passages nuageux... risques d'éclair... de chaleur !...
Fautes qui m'inspirent le plus d'indulgence.
- La concupiscence amoureuse.
Ma devise.
- Sois beau et tais-toi !